HISTOIRE-GÉOGRAPHIE : QUELS CHANGEMENTS EN 2019 ?

Programme Histoire-Géographie Lycée 2019

Les nouveaux programmes d’Histoire et de Géographie ont été récemment dévoilés par le CSP : notre équipe pédagogique d’Histoire-Géographie a décidé de vous offrir un décryptage pour mettre en lumière les différents changements qui vous attendent en 2019. Vous découvrirez ensuite un bilan des nouvelles notions et de celles qui restent au programme pour chaque niveau grâce à nos tableaux synthétiques. Bonne découverte !

 

Le volume horaire

Dans le nouveau tronc commun, on compte désormais 3 heures hebdomadaires d’Histoire-Géographie en première et en terminale, ce qui représente globalement un volume horaire moins important qu’actuellement. En effet, les élèves de la série S disposaient jusqu’alors de 2h30 hebdomadaires d’Histoire-Géographie mais ceux des séries L et ES bénéficiaient de 4 heures de cet enseignement, soit une heure en plus. Avec la réforme, ces trois heures d’Histoire-Géographie pourront ensuite être complétées par l’enseignement de spécialité « Histoire-Géographie, géopolitique et sciences politiques » à raison de 4 heures en première et de 6 heures en terminale. Si toutes les spécialités ne seront pas nécessairement présentes dans tous les lycées, celle-ci figure parmi les 7 spécialités qui devront être accessibles aux élèves dans un périmètre géographique « raisonnable ».

 

infographie Histoire-Géographie Lycée

 

Décryptage des projets de programmes d’Histoire

 

 

Une approche chronologique sur trois années

Les nouveaux programmes adoptent toujours une approche chronologique, mais celle-ci s’étend désormais sur les trois années du lycée. L’organisation des thématiques et des chapitres est donc modifiée. En seconde, l’année commence par une réflexion sur la périodisation historique : ce petit chapitre introductif (il est conseillé d’y consacrer 2h) permet de revenir sur le sens des grandes coupures historiques et de faire prendre conscience aux élèves que l’histoire est une construction artificielle. On passe ensuite aux « Grandes étapes de la formation du monde moderne », de l’Antiquité au XVIIIᵉ siècle à la veille de la Révolution française. La classe de seconde sera l’occasion de consolider les connaissances acquises au collège. En première, le nouveau programme, articulé autour de l’intitulé « Nations, empires, nationalités », couvre la période allant de la Révolution française jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale. Le XIXᵉ siècle, plutôt discret dans les programmes de 2010, est désormais largement présent.  Enfin, le nouveau programme de terminale commencera avec la crise de 1930 puis présentera les évolutions de la société et des puissances jusqu’à nos jours.

 

Points de passage et d’ouverture

L’épreuve écrite terminale d’Histoire-Géographie, c’est fini : place au contrôle continu qui sera cadré par les « Points de passage et d’ouverture », indiqués dans les nouveaux programmes pour chaque chapitre et qui prennent la forme de dates clés, de lieux, de personnages historiques. C’est à travers ces points de passage que l’on pourra désormais mettre en place une étude critique de documents et sensibiliser les élèves à la démarche historique. Les élèves seront susceptibles d’être interrogés sur ces points de passage lors des épreuves de contrôle continu.

 

Les nouveaux chapitres

On peut signaler en seconde l’apparition de deux chapitres consacrés à l’époque moderne, l’un centré sur l’affirmation de l’État en France, du XVIᵉ au début du XVIIIᵉ siècle, et l’autre sur le modèle britannique. Si le premier recoupe des éléments déjà abordés en classe de 4ᵉ, le second concerne des événements politiques peu connus (Glorieuse Révolution, Protectorat de Cromwell, etc.). Ce chapitre permettra néanmoins de faire le lien entre le chapitre sur la France et celui sur les sciences au temps des Lumières : on y retrouve par exemple un Point de passage sur Voltaire, qui peut très bien s’articuler à celui sur Émilie du Châtelet présent dans le chapitre suivant.

Plusieurs chapitres centrés sur l’histoire politique et sociale du XIXᵉ siècle apparaissent – un aspect jusque-là peu traité dans les programmes. Malgré l’éclatement des régimes, on peut dégager de grandes lignes de force à l’échelle de la période. Les chapitres politiques (« Révolution française et Empire », « La difficile entrée dans l’âge démocratique » et « La mise en œuvre du projet républicain ») s’enchaînent et permettent de mettre en place un questionnement filé sur plusieurs chapitres : les questions du suffrage, de la place des femmes ou encore du risque de personnalisation du pouvoir se retrouvent par exemple dans ces trois chapitres. Il en est de même pour les deux chapitres d’histoire sociale (chapitre 4 et chapitre 7) : les répétitions ne sont pas des redites mais des convergences profondes, invitant à étudier des thématiques sur le temps long – l’exode rural, la mutation des villes, la naissance du monde ouvrier, etc.

Le nouveau programme de première permet des rapprochements et des comparaisons. Les conquêtes napoléoniennes, la diplomatie européenne de Napoléon III et le chapitre sur la colonisation française au temps de la IIIᵉ République gagnent par exemple à être pensés comme un tout, pour interroger la place de la France dans le monde. De même, on peut imaginer un questionnement construit à l’échelle de toute l’année, sur l’idée de nation et le sentiment national, qu’on retrouve au cœur de la plupart des chapitres : de la Révolution française au patriotisme triomphant de la Première Guerre mondiale en passant par les mouvements des nationalités en 1848, la naissance de nouveaux États-nations en Italie ou en Allemagne ou encore les dérives du nationalisme d’extrême droite dans la France de la IIIᵉ République.

 

Les chapitres qui ne sont plus au programme

La principale sortie n’est pas une véritable disparition : le programme ayant été remanié, les chapitres portant sur la période après 1920 passent désormais dans le nouveau programme de terminale, alors qu’ils étaient auparavant vus en première. Le premier chapitre, consacré à la place des Européens dans le peuplement de la terre, disparaît, même si on retrouvera un peu d’histoire de l’immigration dans l’un des chapitres de première. Idem pour le chapitre consacré aux Lumières, qui est plus ou moins absorbé par ceux portant sur le modèle britannique et les sciences au XVIIIᵉ siècle. Il sera probablement plus difficile qu’avant d’évoquer la montée d’une nouvelle forme de critique politique, surtout que la Révolution française devient désormais le premier chapitre de première, au lieu d’être le dernier de seconde.

Plusieurs remaniements majeurs entraînent la disparition d’un certain nombre de questionnements. C’est en particulier le cas du chapitre d’histoire antique : de deux chapitres centrés sur la question du régime politique et de la citoyenneté dans la cité-État athénienne et l’Empire romain des deux premiers siècles, on passe à un seul chapitre, avec un questionnement plus géopolitique et étendu dans le temps puisqu’on va désormais jusqu’à Constantin. Idem pour l’histoire médiévale : au lieu de trois chapitres largement centrés sur la chrétienté latine (notamment sur les dimensions culturelles et sociales), on retrouve désormais un seul chapitre qui prend pour objet les échanges et les affrontements dans le bassin méditerranéen. Là aussi, cette disparition (on ne parlera plus véritablement de l’Église catholique, ni des villes ou des campagnes occidentales) permet d’aborder de nouveaux objets d’études, notamment Byzance et le monde islamique.

 

Retrouvez la synthèse des changements grâce à nos tableaux comparatifs ci-dessous.

 

EN SECONDE

À noter :

  • un chapitre introductif sur la périodisation historique fait son apparition ;
  • l’Histoire des arts n’est plus explicitement présente dans les nouveaux programmes.

Programme seconde lycée Histoire

 

EN PREMIÈRE

À noter : l‘Histoire des arts n’est plus explicitement mentionnée dans les nouveaux programmes.

 

 

Décryptage des nouveaux programmes de Géographie

 

 

De nouveaux programmes sur trois ans : différentes échelles sur une année

Les nouveaux programmes s’articulent autour de trois notions, une par année : la transition, la recomposition et la mondialisation. En seconde, c’est la notion de transition qui remplace le développement durable ; en première c’est « la recomposition des espaces de vie et de production liée à ces transitions » qui remplace la thématique France. Quant à la classe de terminale, les élèves y étudieront toujours « les mutations territoriales et géopolitiques liées à la mondialisation ».  Les 4 thèmes traités chaque année permettent de répondre à plusieurs questions (ou chapitres) qui sont maintenant tous obligatoires : les questions au choix disparaissent.

 

La France tout au long du lycée

Pour chaque thème, deux questions sont abordées à l’échelle mondiale et une troisième question est à l’échelle de la France. Le nouveau programme de seconde n’est donc plus centré sur le monde et celui de première sur la France et l’Union européenne. Il en résulte que cette dernière est beaucoup moins présente dans les nouveaux programmes tandis qu’un focus sur la France est obligatoire pour chaque thème des nouveaux programmes de première et de seconde.

 

Une démarche nouvelle : les thèmes conclusifs

La démarche choisie dans les nouveaux programmes est l’inverse de celle des programmes actuels, qui présentaient la notion dans un chapitre introductif puis qui proposaient aux élèves de l’appliquer ensuite. Les nouveaux programmes permettent de construire la notion progressivement. Sur les quatre thèmes abordés chaque année, le dernier est un thème conclusif : c’est l’occasion pour les élèves de mettre en œuvre les savoirs et les compétences étudiés lors des précédents thèmes. Les trois premiers thèmes doivent donc permettre aux élèves d’acquérir les grilles de compétences et d’analyse nécessaires pour traiter le quatrième. Ce thème conclusif est centré sur une étude de cas (Afrique australe en seconde, Chine en première) pour permettre aux élèves de revenir à la notion.

 

Choix des exemples et des études de cas

Les nouveaux programmes mentionnent quatre études de cas pour chaque thème en seconde et en première. Il s’agit de recommandations : les enseignants ont la possibilité de choisir la démarche pour chaque étude de cas.  Il faut également noter que le fait de faire une étude de cas sur la France ne dispense pas d’un chapitre sur la France. Par ailleurs, les professeurs peuvent également choisir leurs propres exemples pour traiter les questions, contrairement à l’Histoire où des Points de passage et d’ouverture sont indiqués.

 

Les nouveaux chapitres

En seconde, les chapitres qui font leur apparition ne sont pour la plupart pas des chapitres entièrement nouveaux. L’un des chapitres est issu de la fusion de thèmes de l’ancien programme (le chapitre sur les ressources, qui associe eau et énergie) ; un autre correspond à un chapitre enseigné en première et basculé en seconde (sur la valorisation des milieux en France). Les deux autres chapitres consacrés à la France, sur la population et les inégalités d’une part et sur les métropoles d’autre part, font écho à des chapitres de l’actuel programme de première. Le thème 3 était peu enseigné au lycée général mais ses deux chapitres, sur le tourisme et les migrations, existent déjà en 4ᵉ. L’aspect démographique et économique du développement s’affirme nettement dans le thème 2 : la transition démographique, évoquée actuellement en seconde en histoire, bascule en géographie (la nouveauté est donc relative) ; la question des modèles de développement est bien plus présente que dans l’ancien programme et tire vers les sciences économiques. En réalité, le chapitre le plus nouveau est le dernier, sur l’Afrique australe, espace qui était assez peu étudié jusqu’à présent.

En première, le principal changement n’est pas thématique mais scalaire. Certains thèmes qui n’étaient étudiés qu’à l’échelle de la France (le rural, les espaces productifs) le sont désormais à la fois à cette échelle-là et à l’échelle mondiale. Les nouveaux chapitres sur le rural et sa diversification ainsi que sur les recompositions de la production à l’échelle mondiale font respectivement écho à un thème de 6ᵉ sur les espaces de faibles densités et au cœur du nouveau programme de 4ᵉ sur la mondialisation. Sur la ville, c’est un chapitre de seconde qui bascule en première, la nouveauté étant donc relative. Comme en seconde, c’est finalement le chapitre conclusif, sur la Chine, qui est le chapitre le plus nouveau ; il s’agit d’une adaptation du programme à la montée en puissance de la Chine.

 

Les chapitres qui ne sont plus au programme

La principale disparition du programme de seconde est celle du chapitre introductif sur le développement durable qui visait à présenter le thème de l’année ; le nouveau programme étant bien moins axé développement durable, ce chapitre devenait moins pertinent. Les villes disparaissent du programme de seconde mais cette disparition n’en est pas vraiment une car le chapitre réapparaît en première. Quelques-uns des chapitres à choix de l’ancien programme disparaissent : les littoraux (mais la dynamique de littoralisation est vue en première), nourrir les hommes (un peu évoqué en première à propos de l’agriculture) et l’Arctique (réduit d’un chapitre à une étude de cas possible).

En première, la disparition la plus remarquée est celle de la fin du programme, centrée sur l’Europe. L’échelle européenne est réduite aux politiques de l’Union européenne à destination des territoires ruraux français dans le dernier chapitre du thème 3. La présence de la France dans le monde n’est également plus évoquée. Le début du programme, sur les territoires du quotidien et la région, disparaît également. Le thème sur les mobilités, réseaux et flux n’est plus abordé en première mais un peu en seconde. Le chapitre sur la valorisation des milieux français est basculé en seconde.

Découvrez ci-dessous nos tableaux comparatifs qui vous aideront à mieux vous repérer !

 

 

En 2019, Lelivrescolaire.fr vous accompagne

Cet espace sera mis à jour au fur et à mesure des informations qui seront communiquées. De même, des contenus tels que des cartes de révision ou des newsletters de ressources vous seront régulièrement envoyés pour diversifier et approfondir vos cours. Notre équipe a à cœur de vous accompagner quotidiennement et ce, de la meilleure façon possible : n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou suggestions à l’adresse mail idee@lelivrescolaire.fr !

 

14 Replies to “HISTOIRE-GÉOGRAPHIE : QUELS CHANGEMENTS EN 2019 ?

  1. En géo : rien sur la fracture socio-spatiale en France entre la douzaine de metropoles-citadelles qui cumulent activités et emplois et les espaces péripheriques laissés de plus en plus à l’abandon : villes moyennes, petites villes, espaces ruraux…
    Rien sur le changement climatique qui s’annonce avec toutes ses repercutions sur les territoires, les populations et les économies.

  2. Qu’en est-il des changements concernant les programmes de Français et d’Histoire Géographie et Education Morale et Civique en Bac Pro ? Merci de toute information…

  3. Bonjour

    Je me suis attachée à regarder le nouveau programme en géographie. En Seconde, Je ne comprends pas sa logique et encore moins une conclusion sur l’Afrique australe. En Première rien sur l’Europe peut-être en terminale? Comment peut-on d’un côté faire l’Europe et ne pas l’enseigner. J’ai l’impression d’un nouveau programme en géo fait à la va-vite qui n’a pas pris en compte les grands enjeux territoriaux, les flux, les réseaux en somme la mondialisation et ses dynamiques. Je regrette la perte de sens car comment enseigner et bien enseigner quand on doit faire passer un programme fourre tout. Bien cordialement Mme Riva

  4. Bonjour, qu’en est-il exactement sur les programmes d’histoire-geo en 1ere STI2D et STD2A, il n’ y a donc plus l’épreuve oral en fin de 1ere?
    Cordialemment.

    1. Bonjour,

      Pour le moment, notre équipe n’a pas analysé les programmes des voies technologiques. Toutefois, je vous invite à visiter notre blog régulièrement car nous prévoyons de publier de nouveaux articles (dont des décryptages) !

      Cordialement,

      Charline du Livrescolaire.fr

    1. Bonjour,

      Il n’y a aucune différence de volume horaire pour la seconde. Cependant, comme nous l’avons écrit dans l’article, les élèves de la série scientifique disposaient jusqu’alors de deux heures et demie d’histoire-géographie par semaine en classe de première.

      Bien cordialement,

      Charline du Livrescolaire.fr

  5. 3 heures en socle commun et 4 heures en specialité. Si la specialité histoire-geo est choisie cela revient donc a 7 heures d’histoire-geo par semaine c’est ca ?

      1. Bonjour,

        Comment se déroulera l’épreuve de la spécialité « histoire-géo, géopolitique, sciences politiques » en terminale en 2021 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *